Le plus grand spécialiste européen de l'optique sportive
Plus de 4 000 articles disponibles en stock à livrer
Conseils et soutien personnalisés
Garantie Meilleur Prix
Voir plus loin
S'abonner à RSS Feed ou ATOM Feed

Infographie : les faits astro marquants du printemps 2022

01.03.2022, Marcus Schenk

Des rencontres de planètes proches, une Vénus lumineuse et une éclipse totale de lune : ce trimestre, le ciel offre quelques friandises qui méritent d’être observées. Et pourquoi pas Mercure, par exemple ? La petite planète agile atteindra bientôt sa meilleure visibilité en soirée.

Dans la carte du ciel « Infographie : les faits astro marquants du printemps 2022 », vous trouverez de nombreux événements célestes importants en un coup d’œil. Vous trouverez, dans le texte d’accompagnement, des informations de dates des événements et des explications complémentaires les concernant.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos observations.

Mars

8/03 La Lune rencontre Les Pléiades

Dans la soirée, la Lune, âgée de 6 jours, s’approche de l’amas ouvert des Pléiades.

12/03 Vénus rencontre Mars

Peu avant le lever du Soleil en regardant vers le sud-est, on découvre Vénus et Mars au-dessus de l’horizon. Vénus est maintenant presque à moitié éclairée et rayonne avec une luminosité de magnitude -4,5.

20/03 Élongation maximale de Vénus à l’ouest

Vénus se trouve aujourd’hui dans sa plus grande élongation à l’ouest. Elle atteint ainsi sa plus grande distance angulaire par rapport au Soleil. On peut l’observer à faible hauteur au-dessus de l’horizon. Elle est maintenant éclairée à 50%.

23/03 Vénus rencontre Saturne et Mars

Nous pouvons, juste au-dessus de l’horizon, profiter d’un beau spectacle céleste. Vénus, Mars et Saturne nous attendent dans un triangle de planètes. Une superbe occasion de comparer les différentes luminosités.

28/03 La Lune rencontre Vénus, Saturne et Mars

Le 23 mars, nous avons pu admirer trois planètes dans le ciel du matin. Aujourd’hui, c’est le mince croissant de lune qui accompagne le trio. Ne manquez pas de sortir votre appareil photo de son sac et immortalisez ce magnifique événement.

Avril

5/04 Mars rencontre Saturne

Un événement rare ? Oui, car ce matin, Mars passe à seulement 20 secondes d’arc de la planète aux anneaux. Une bonne occasion d’observer les deux planètes aux jumelles ou au télescope, voire encore de capturer les deux corps célestes sur une même photo.

5/04 La Lune dans le Davis’ dog (chien de Davis)

Un astérisme est un regroupement aléatoire d’étoiles dans lequel nous pouvons distinguer de belles formes. Aujourd’hui, la Lune parcourt l’astérisme du chien de Davis, un motif formé par de multiples étoiles, ressemblant pour certains à un chien ou à un renard pour d’autres. Avec des jumelles, l’observation est très attrayante. À certains endroits, la Lune occulte des étoiles brillantes.

17/04 Mercure rencontre Uranus

Ce soir, Mercure passe à deux degrés seulement de la planète Uranus. Cela permet de trouver les deux planètes dans le champ visuel d’une paire de jumelles. On a tout intérêt à choisir un lieu d’observation situé en hauteur car, à 21 heures, les planètes ne sont plus qu’à 4 degrés au-dessus de l’horizon.

24/04 Mercure dans le ciel du soir

Mercure atteint la meilleure visibilité en soirée de cette année. Vous avez toujours voulu l’observer ? C’est, maintenant, l’occasion ou jamais. Au crépuscule, vous la trouverez juste au-dessus de l’horizon ouest à nord-ouest. Mais uniquement pendant les 10 à 14 jours à venir, période après laquelle elle redeviendra invisible.

27/04 La Lune rencontre Vénus et Jupiter

Trois jours avant la nouvelle lune, son délicat croissant rencontre les planètes Vénus et Jupiter aux petites heures du matin.

29.04 Mercure rencontre Les Pléiades

La constellation hivernale du Taureau se couche très bas à l’ouest. Au crépuscule, Mercure s’approche du célèbre amas d’étoiles des Pléiades. Il est possible d’admirer les deux dans le champ de vision d’une paire de jumelles.

Mai

1/05 Vénus rencontre Jupiter

Vénus « frôle » Jupiter à une distance d’à peine 20 secondes d’arc. Il est rare d’observer une rencontre aussi proche. Seule ombre au tableau : il faut se lever tôt, car l’événement n’est visible que dans le ciel du matin.

2/05 La Lune rencontre Mercure

Si vous préférez observer le soir, vous pourrez jeter aujourd’hui l’un des derniers regards sur Mercure. Vous pouvez la voir juste au-dessus de l’horizon ouest, mais la vue est particulièrement attrayante. À gauche, un croissant de lune très fin et à droite, les Pléiades.

12/05 Alignement de Vénus, Jupiter, Mars

Peu avant le lever du soleil : nous voyons un bel alignement planétaire mettant en scène Vénus, Jupiter et Mars. Un peu plus haut, nous découvrons également Saturne. L’alignement des planètes s’étend quasiment en diagonale dans le ciel, en partant de l’horizon est.

16/05 Éclipse totale de lune

Nous avons pu, en janvier 2019, assister à la dernière éclipse totale de lune visible. Trois ans plus tard, l’événement se répète. Mais la visibilité pour l’éclipse de lune de ce jour n’est malheureusement pas optimale. Il ne nous est pas possible de la suivre dans son intégralité, nous ne pouvons en voir en effet que la première partie. Ce n’est qu’à 4h28 que la Lune entre dans l’ombre de la Terre. À ce moment-là, notre satellite n’est plus qu’à 8 degrés au-dessus de l’horizon. La Lune se couche au sud-ouest juste au moment du début de l’éclipse totale. Ce n’est qu’en 2025 que nous pourrons voir la prochaine éclipse totale de lune – en soirée à nouveau cette fois.

28/05 Tau-Herculids

Les Tau Herculids sont une pluie de météores que nous n’avons encore jamais mentionnée dans les faits astro marquants. Pourquoi ? Elles sont à peine visibles et, avec un maximum de deux étoiles filantes par heure, elles n’ont pas vraiment de quoi exciter. Seuls les fans de météores les plus inconditionnels peuvent y trouver leur compte. Mais cette année, il pourrait en être autrement. En effet, ce coup-ci, la Terre croise la trainée de poussières de la queue de la comète 73P/Schwassmann-Wachmann 3, comète qui s’est désintégrée en 1995. Il pourrait donc y avoir, cette fois-ci, une tempête de météores. L’Organisation internationale des météores (IMO) recommande de collecter des données d’observation.

29/05 Mars rencontre Jupiter

Vers trois heures du matin, Mars et Jupiter grimpent au-dessus de l’horizon. On remarque immédiatement que nous avons affaire à une constellation très serrée : les deux planètes passent l’une devant l’autre à 0,5 degré de distance environ. Aux jumelles, elles forment un magnifique couple dans le même champ de vision.

Kolossus d’Omegon Pro – la nouvelle monture pour grandes jumelles

04.02.2022, Marcus Schenk

Une paire de grandes jumelles de 80 mm ou 100 mm de diamètre donne presque à penser à une lunette double. Comment peut-on utiliser judicieusement des jumelles aussi lourdes pour scruter le ciel ? Avec la nouvelle monture en parallélogramme Kolossus tout simplement !

Elle vous permet de mouvoir des instruments lourds avec une facilité déconcertante, de naviguer dans le ciel.

Großfernglas auf Parallelogramm Montierung

Il suffit de monter et de fixer une paire de jumelles à visée droite ou à visée coudée pour ensuite surfer partout dans le ciel. C’est sans doute là une description quelque peu succincte de la sensation que l’on ressent avec les jumelles sous le ciel étoilé. Orientez la monture dans n’importe quelle direction pour la pointer là où vous le souhaitez. Sans avoir à serrer les axes, sans devoir vous agenouiller sur le sol et sans besoin de vous contorsionner. C’est simple, naturel et bien agréable.

Ici, on sort vraiment de l’ordinaire

Les trépieds photo normaux sont bas « sur pattes », trop peu solides et, souvent, il vous faut vous soumettre à des contorsions inhumaines avant de pouvoir, enfin, observer un objet. Avec la monture en parallélogramme Kolossus ceci est de l’histoire ancienne. Vous déplacez vos jumelles vers le haut, le bas, la droite, la gauche et vous êtes toujours en mesure d’observer dans une position super-relax. Non seulement l’observation est plus agréable et plus intense mais, en outre, vous pouvez voir plus de détails !

Parallelogramm Montierung für verschiedene Körpergrößen

Observer à plusieurs

Vous orientez vos jumelles où bon vous semble ! Observez en position couchée, sur une chaise ou tout simplement en position assise. Le très solide mécanisme de pivotement vous donne une liberté totale lors de l’observation. Que penseriez-vous d’observations non pas seul mais avec d’autres personnes ? Avec la monture Kolossus, cela devient d’une facilitée déconcertante car les différences de taille ne jouent plus le moindre rôle. Il suffit, cela ne prend que quelques secondes, de tirer les jumelles vers le bas, pour que vos enfants puissent eux aussi observer.

La monture Kolossus a été conçue spécialement pour les grandes jumelles. Le robuste bras pivotant permet une rotation sur 360 degrés et donc de viser quasiment n’importe quel point dans le ciel. Une fois pliée, la nouvelle monture-miracle tient dans un sac de transport pratique. Idéal pour le transport jusqu’au lieu d’observation. Tout ce dont vous avez besoin, ce sont les jumelles de votre choix et un trépied stable. Et vous voilà parti à la découverte d’une sensation d’observation inédite.

Vous souhaiteriez, vous aussi, observer plus simplement et plus naturellement ? Cliquez ici pour découvrir la monture en parallélogramme Kolossus d’Omegon.

Les faits astro marquants de l’hiver 2021/2022

03.12.2021, Marcus Schenk

Les faits marquants du ciel d’hiver sont les étoiles brillantes tout autour des constellations d’Orion et du Taureau. Mais, au cours des trois prochains mois, il y a bien plus à découvrir encore : une étoile du soir étincelante, des pluies de météores et de beaux alignements de planètes.

Dans la carte du ciel « Les faits astro marquants de l’hiver 2021/2022 », vous trouverez de nombreux événements célestes importants en un coup d’œil. Vous trouverez, dans le texte d’accompagnement, des informations de dates des événements et des explications complémentaires les concernant.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos observations.

Décembre :

06/12 Plus grand éclat de Vénus

Au début de ce mois, Vénus atteint sa plus grande luminosité. Aujourd’hui, elle est extrêmement visible dans le ciel du soir avec sa magnitude de -4,71 et est, après la Lune, l’astre le plus brillant du ciel.

07/12 La Lune rencontre Vénus

Dans le ciel du début de soirée, le croissant de lune grandissant se joint à la parade d’un superbe défilé de planètes. Vénus, Jupiter et Saturne se présentent presque comme un collier de perles.

08/12 La Lune rencontre Saturne et Jupiter

Si vous avez repéré la Lune hier, vous pouvez la découvrir aujourd’hui plus haut et environ 14 degrés plus loin, entre Saturne et Jupiter.

13/12 Les Géminides

Si le ciel est clair le soir, il est préférable de regarder vers le sud. Les étoiles filantes « Les Géminides » doivent leur nom au fait qu’elles donnent l’impression de jaillir de la constellation des Gémeaux. Pour être plus précis : d’un point situé à deux degrés au-dessus de l’étoile Pollux. La période la plus propice à l’observation s’étend de 21 heures à 6 heures du matin. Avec 120 météores par heure, les Géminides comptent parmi les étoiles filantes ayant la densité de chute la plus élevée. En l’absence de la Lune, nous ne pouvons cependant les observer, cette année, qu’aux petites heures du matin.

17/12 La Lune occulte Tau (τ) Tauri

Tau Tauri est une étoile de la constellation du Taureau ; de magnitude 4,3 elle peut encore être vu à l’œil nu. Comme l’orbite apparente de la Lune passe par le Taureau, il peut, de temps en temps, se produire des occultations. C’est le cas aujourd’hui : à 22h30, Tau Tauri disparaît derrière la Lune presque à son maximum pour réapparaître de l’autre côté quelque 80 minutes plus tard.

29/12 Mercure rencontre Vénus

Mercure commence à être visible en soirée et rencontre la planète voisine Vénus au début du crépuscule. Avec une bonne vue de l’horizon, vous pouvez repérer les deux planètes à partir de 17 heures.

Janvier :

03/01 Les Quadrantides

Les Quadrantides sont une pluie de météores provenant de la constellation du Bouvier. La nouvelle année nous fait cadeau de jusqu’à 100 météores/heure, mais ils ne sont que de faible luminosité. Le radiant, point d’où semblent jaillir les étoiles filantes, ne se lève qu’après minuit. Les observations astronomiques sont particulièrement intéressantes aujourd’hui, car la nouvelle lune ne date que d’hier. Vite vite, faites place à tous les observateurs du ciel profond !

05/01 La Lune rencontre Mercure, Saturne, Jupiter

Les amateurs de planètes vont être ravis : au crépuscule, il est possible de voir un collier de planètes très attrayant composé de Jupiter, Saturne et Mercure. Le croissant de lune, âgé de trois jours, accompagne le trio. Nous adorons accueillir la nouvelle année avec tant de beauté.

06/01 La Lune occulte Tau (τ) Tauri

C’est encore le crépuscule, la nuit se fait attendre. Mais le premier fait astro marquant prend déjà place. À 17 heures, la Lune occulte l’étoile brillante Tau Aquarii de magnitude 4 dans la constellation du Verseau. Lors de cette occultation, la Lune s’approche par sa face non éclairée.

08/01 Mercure visible le soir

Mercure a pu, au cours des derniers jours, accroître sa visibilité en soirée. Cela n’a rien de vraiment exaltant, mais ceux qui souhaitent observer la timide Mercure ont alors une bonne chance de succès. Aujourd’hui et les deux prochains jours, les conditions sont particulièrement bonnes, car la luminosité et la hauteur dans le ciel sont bonnes. Bientôt, Mercure redescendra vers l’horizon pour disparaître.

11/01 La Lune rencontre Uranus

La planète Uranus est un représentant lointain du système solaire. Aujourd’hui, elle est à moins de 2,5 degrés de la Lune. C’est l’occasion de tenter votre chance avec des jumelles.

26/01 La Lune occulte Alpha (α) Librae

Il s’agit d’un événement réservé aux lève-tôt : une occultation d’une étoile par la Lune dans la constellation de la Balance. Soyons plus précis : la Lune occulte l’étoile principale, qui est également double, Alpha Librae, de magnitude 2,7. Le spectacle commence à 6h40 du matin !

29/01 La Lune rencontre Mars

Si vous avez une grande envie de voir la planète Mars, vous pourrez l’apercevoir au sud-est à l’aube du 29 janvier. Ce jour-là, il se passe une rencontre attrayante avec le fin croissant de lune. Ce n’est qu’au cours de l’été prochain qu’on pourra la revoir dans le ciel nocturne.

Février :

03/02 La Lune rencontre Jupiter

Jupiter nous a accompagnés l’année dernière et on pouvait la voir dans le ciel tous les soirs. Mais bientôt, cela ne sera plus le cas ; elle restera invisible pour un bon moment. Le 3 février, elle réapparaît dans le crépuscule du soir, en duo avec le fin croissant de lune.

07/02 La Lune rencontre Uranus

Cette nuit, la Lune passe devant la planète Uranus à une distance d’à peine 1,5 degré.

09/02 La Lune passe la Porte Dorée

La zone située entre les Hyades et les Pléiades porte un nom : la Porte Dorée de l’écliptique. Aujourd’hui, la Lune est un vagabond nocturne entre les deux amas d’étoiles bien connus.

09/02 Vénus brille de tous ses feux

Vénus est à la hauteur de son rôle d’étoile du matin. Avec une magnitude de presque -5, elle est radieuse. Ce projecteur astronomique apparaît au-dessus de l’horizon vers 5 heures du matin. Impossible, vue son extrême luminosité, de la rater.

27/02. La Lune rencontre Mars et Vénus

Une Vénus brillante, une planète Mars rouge et un fin croissant de lune juste avant la nouvelle lune. N’allez pas nous dire que cela n’est pas une motivation suffisante pour jeter un coup d’œil au ciel tôt le matin. Et qui sait, avec, peut-être, une atmosphère matinale dorée.

Infographie : les faits astro marquants de l’automne 2021

01.09.2021, Marcus Schenk

L’automne a les planètes en point de mire : Jupiter et Saturne sont toujours encore parfaitement visibles. Vous avez en outre la possibilité d’observer les deux planètes extérieures, Uranus et Neptune, au cours de leur opposition.

Dans le graphique du ciel « Infographie : les faits astro marquants de l’automne 2021 » vous trouverez de nombreux événements célestes importants en un coup d’œil. Vous trouverez, dans ce texte d’accompagnement, les dates et les explications complémentaires relatives aux dits événements.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos observations.

Septembre

Septembre est la période entre l’été et l’automne : cela se note également dans le ciel étoilé. Les constellations d’Hercule et de La Lyre dérivent vers l’ouest. Au sud, en revanche, la constellation du Capricorne présente un plan saisissant avec les deux grandes planètes Jupiter et Saturne.

02/09 : La Lune occulte ε des Gémeaux

L’étroit croissant de Lune occulte l’étoile Epsilon Gem dans les Gémeaux aux heures matinales. À 2 heures du matin, la Lune se rapproche par sa face éclairée. Il vous faut une très bonne vue de l’horizon en direction du nord-est. (La visibilité dépend du site d’observation).

03/09 : La Lune occulte κ des Gémeaux

À 04:38 la Lune occulte l’étoile Kappa Gem dans les Gémeaux. Une occultation fort attrayante car la Lune présente un étroit croissant. (La visibilité dépend du site d’observation).

03/09 : La Lune rencontre Pollux

Au cours de la seconde moitié de la nuit, la Lune se lève au-dessus de l’horizon dans les Gémeaux. Aujourd’hui, 3 degrés seulement la séparent de Pollux.

14/09 : Neptune en opposition

La planète la plus éloignée du système solaire est en opposition et parfaitement visible. Avec des jumelles déjà, elle est visible comme une étoile, mais ce n’est qu’avec un télescope que l’on peut identifier la planète de 2,3 secondes d’arc sous la forme d’un disque. Disposer d’une carte ou d’une application de recherche constitue un avantage indéniable.

17/09 : La Lune rencontre Jupiter et Saturne

Les deux plus grandes planètes se rencontrent dans la constellation du Capricorne. Elles forment un triangle, la Lune se trouvant au milieu.

Octobre

Avec le mois d’octobre, nous sommes enfin en automne. Au-dessus de nos têtes, nous pouvons voir le célèbre Grand carré de Pégase et la constellation d’Andromède. Il est temps de faire une longue excursion dans la galaxie d’Andromède. Avec des jumelles, cela reste toujours une expérience mémorable.

01-31/09 : La Lune occulte η du Lion

Aux heures matinales, à 5h27, il fait encore nuit. À ce moment-là, la Lune occulte, par son fin croissant éclairé, l’étoile Eta (η) du Lion, de magnitude de 3,4. C’est indéniablement l’occultation d’étoile la plus impressionnante de ce trimestre. (La visibilité dépend du site d’observation).

08/10 : Les Giacobinides

Les Giacobinides (également connues sous le nom de Draconides) sont une pluie de météores qui semble provenir de la constellation du Dragon. Les taux de chute maximum sont prévus le 8 octobre. Il est malheureusement impossible de prévoir un nombre d’étoiles filantes visible dans l’heure, car cela peut varier énormément. Le radiant se situe tout près de l’étoile Beta du Dragon (β Draconis). Le Dragon fait partie d’une constellation circumpolaire, le radiant se trouve donc à une hauteur de vision optimale le soir.

09/10 : La Lune rencontre Vénus

Au coucher du soleil, une Vénus brillante et un croissant de Lune naissant, âgé de 3,5 jours seulement, apparaissent au sud-ouest. Il reste un maximum de 2 heures avant que Vénus ne disparaisse sous l’horizon.

14-15/10 : La Lune rencontre Jupiter et Saturne

Avec la fin du crépuscule civil à 19 heures, les planètes Jupiter et Saturne prédominent dans le ciel. Bien qu’elles aient été en opposition en août, elles restent toujours encore une cible intéressante. La Lune n’occasionne pas de gêne lors de l’observation.

21/10 : Les Orionides

Les Orionides sont, avec quelque 20 météores par heure, une pluie d’étoiles filantes moins dense. Le radiant se trouve dans la constellation d’Orion, à proximité de l’étoile Bételgeuse. Bien qu’il vous soit possible d’observer des étoiles filantes tout au long du mois, le maximum est atteint entre le 20 et le 21 octobre. La meilleure période d’observation se situe entre 22 heures et 5 heures du matin.

23/10 : Mercure dans ciel du matin

En mai, vous pouviez observer Mercure en soirée, maintenant la timide planète offre une visibilité matinale de courte durée. Entre le 23/10 et le 31/10, vous pouvez l’apercevoir tout près de l’horizon, à l’est.

Novembre

En novembre, la constellation de Persée est proche du zénith. Vous y trouverez les deux étoiles les plus brillantes, Mirfak et Algol. Entre Persée et Cassiopée brille le célèbre amas d’étoiles doubles h+χ (h + chi), qui, dans les sites d’observation sombres, peut également être observé à l’œil nu.

03/11 : La Lune rencontre Mercure

Il y a deux raisons de se lever tôt : ce matin, le croissant de Lune et Mercure se rencontrent. C’est l’une des dernières occasions avant que Mercure ne redisparaisse dans la lueur brillante du Soleil.

05/11 : Uranus en opposition

De magnitude 5,6, il est possible actuellement de trouver Uranus même à l’œil nu. Mais avec des jumelles ou un télescope vous pouvez la trouver plus facilement, elle apparaît comme un minuscule disque verdâtre sur lequel il est cependant impossible de reconnaître le moindre détail, mais vous pouvez toujours l’identifier comme étant une planète.

08/11 : La Lune rencontre Vénus

Aujourd’hui, la Lune en phase croissante, rencontre une Vénus qui brille de tous ses feux.

10/11 : La Lune rencontre Saturne

La Lune croise Saturne à quelque 4,5 degrés en-dessous.

11/11 : La Lune rencontre Jupiter

Cette nuit, la Lune croise Jupiter, se déplaçant de près d’un demi-degré par heure. Il est facile, en prenant Jupiter comme point de repère, d’en suivre le mouvement.

17/11 : Les Léonides

Du 16 au 17/11, les Léonides atteignent leur maximum. Elles font partie, avec les Perséides, des pluies d’étoiles filantes les plus connues. Certaines années, ces météores « tombaient » du ciel telles des gouttelettes de pluie. Cela se produit généralement tous les 33 ans, lorsque la Terre entre en collision avec le nuage des Léonides. Les autres années, le flux ne dépasse pas les 20 météores par heure. Cette année, le fin croissant de Lune se couche tôt et nous pouvons profiter des étoiles filantes toute la nuit sans risquer de subir la moindre gêne.

Nouveaux filtres à bandes étroites optimisés CMOS de Baader

02.07.2021, Stefan Taube

Le fabricant Baader présente de nouveaux filtres pour l’astrophotographie dans les lignes spectrales H-alpha, OIII et SII.

Filtersets

La largeur à mi-hauteur de courbe (FWHM pour Full Width at Half Maximum en anglais) des filtres à bande étroite est de 6,5 nanomètres ; pour la bande ultra-étroite elle n’est même que de 3,5 à 4 nanomètres. Les filtres f/2 sont optimisés pour des astrographes très rapides tels que les optiques RASA de Celestron.

Tous les filtres sont disponibles dans les tailles courantes :

cmos-filter-groessen

Avec un filtre à bandes étroites, l’astrophotographie de nébuleuses en émission réussit même sous un ciel urbain pollué par la lumière ! Ces filtres ne laissent passer jusqu’au capteur de l’appareil photo que la partie de spectre dans laquelle brille l’objet céleste sélectionné. Ils bloquent toutes les autres longueurs d’onde. On obtient ainsi des images très contrastées de nébuleuses planétaires, de rémanent de supernova et de pouponnières d’étoiles.

En astrophotographie, on utilise trois types de filtres à bandes étroites, chacun étant transparent à la bande spectrale la plus brillante des atomes d’oxygène, de soufre ou d’hydrogène. En fonction de l’objet astronomique concerné, il se peut qu’un seul filtre soit suffisant pour réaliser une image spectaculaire. La combinaison de trois images, prises chacune à travers un filtre à bandes étroites, est idéale.

La nouvelle génération de filtres optimisés CMOS de Baader présente, entre autres, les caractéristiques suivantes :

  • Traitements Reflex-Blocker™, pour une insensibilité maximale à la rétro-réflexion des lentilles de corrections placée à proximité, même dans les conditions les plus défavorables
  • La FWHM (Full Width at Half Maximum) est, pour chaque catégorie de filtre, réalisée avec grand soin pour permettre des expositions 1:1:1, en adéquation avec l’efficacité quantique et au rapport S/B (signal/bruit) typiques des CMOS
  • Bords noircis sur tout le pourtour, avec identification de la face avant du filtre sous forme de bord extérieur noir sur la dite face aux fins d’éviter en outre toute réflexion de la lumière tombant sur le bord du filtre
  • Chaque filtre est poli individuellement avec une extrême finesse et enduit d’un traitement avec rebord scellé
  • Life-Coat™ : des revêtements encore plus durs aux fins d’offrir une résistance au vieillissement pour une durée de vie illimitée !

Baader-Filter-Technologien

Vous trouverez tous les nouveaux filtres ici dans la boutique.

OpenAstroTech : la monture à construire soi-même !

07.06.2021, Stefan Taube

Avec une monture photo, vous pouvez faire participer à la rotation du ciel nocturne un appareil photo équipé d’un objectif photo ou d’un petit télescope. Ainsi, les prises de vues de grandes zones du ciel nocturne, à longue exposition, sont possibles.

Le fabricant, OpenAstroTech, propose maintenant une variante de monture photo très fonctionnelle mais, en même temps, particulièrement bon marché : l’OpenAstroTracker est une monture à construire soi-même !

L’OpenAstroTracker avec appareil photo et autoguider en option

Construire une monture soi-même procure un vrai plaisir mais permet également d’apprendre : le principe du Do-it-Yourself vous permet également d’obtenir une monture GoTo performante et extrêmement bon marché à la fois !

Quelques caractéristiques :

  • GoTo : la monture est fournie avec une commande par ordinateur de grande valeur. L’électronique est compatible avec le logiciel courant pour l’astronomie.
  • Convient pour les reflex numériques (DSLR) d’une longueur totale maximum de 35 cm (boîtier avec objectif). Sans autoguider, la distance focale ne doit pas dépasser 200 millimètres.
  • Moteurs pas à pas d’une grande précession : précision de l’approche GoTo 1 minute d’arc environ, précision de suivi 25 secondes d’arc, précision avec autoguider 1 seconde d’arc

Ce dont vous avez besoin : une powerbank avec port USB pour 5 V/1 A.

L’OpenAstroTracker existe dans différentes variantes en fonction de la latitude du site d’observation. Nous vous ferons parvenir un kit vous permettant de construire la monture soit pour une latitude de 35° à 45°, soit pour une latitude de 45° à 55°.

Le kit de construction OpenAstroTracker

Ne vous souciez pas : les composants électroniques sont tous conçus pour être directement utilisés. Aucune soudure n’est nécessaire.

Un autoguider adapté, à construire lui aussi soi-même, bien entendu, est disponible en option : OpenAstroGuider V2

Infographie : les faits astro marquants de l’été 2021

04.06.2021, Marcus Schenk

Une éclipse solaire après six ans, les planètes majeures en opposition et les étoiles filantes d’août sans la moindre Lune.

Si vous n’observez pas les étoiles cet été, vous allez rater bien des choses. Pour avoir la certitude que cela ne vous arrive pas, nous vous proposons, dans le graphique du ciel « Infographie : les faits astro marquants de l’été 2021 », un éventail de tous les événements célestes importants : un coup d’œil suffit. Vous trouverez, après le graphique, un certain nombre d’explications relatives aux dits événements.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos observations.

Juin

10/06 : Éclipse solaire partielle

La dernière éclipse solaire partielle que nous ayons pu observer en Europe date du 20 mars 2015. Ce jour-là, la Lune recouvrait le disque solaire jusqu’à un maximum de 80 %. Le 10 juin, aura lieu une nouvelle éclipse solaire ; elle apparaîtra annulaire au Groenland et dans le nord du Canada, mais ne sera visible que partiellement en Europe centrale. Avec une occultation de quelques pour cent seulement, elle ne sera, comparativement à d’autres, que peu spectaculaire. Plus la latitude nord à laquelle vous vous trouverez sera importante, plus le pourcentage d’éclipse sera élevé. Ainsi, à Munich, le limbe lunaire « grignotera » un maigre 6,3% du soleil, alors qu’à Hambourg ce sera déjà 17,3%. L’éclipse commence le matin à (en fonction le lieu exact où vous vous trouvez) 11h35 pour se terminer à 13h22. Attention : ne jamais observer le soleil sans un filtre solaire approprié ; nous vous en proposons dans notre boutique en ligne.

Degré d’occultation en fonction de nos adresses Astroshop :

Landsberg, Allemagne : 6,56%

Marseille, France : 2,7%

Malaga, Espagne : 1,3%

Varsovie, Pologne : 9,9%

Hasselt/Genk, Belgique : 14,9%

Aveiro, Portugal : 9%

Palerme, Italie : 0%

12/06 : La Lune rencontre Vénus

Peu après le coucher du soleil, le délicat croissant de Lune et Vénus la brillante apparaissent très bas à l’ouest. En haut à gauche, vous allez découvrir la planète Mars. Si vous observez avec des jumelles, un petit mouvement diagonal, en haut à gauche, fera apparaître l’amas d’étoiles la Ruche M44.

13/06 :  La Lune rencontre Mars

Aujourd’hui, la Lune grimpe plus haut et tient compagnie à la planète Mars, qu’elle croise à une distance de 1,8 degré. Dans des jumelles, elles assurent, à elles deux, un superbe spectacle.

27/06 :  Bootides de juin

La pluie de météores des Bootides de juin prend naissance dans la constellation du Bouvier. Le nombre de météores qui tombent du ciel est faible mais peut varier substantiellement d’une année à l’autre. Il fut des années où l’on n’observa pas le moindre météore, mais il y eut aussi d’autres occasions illuminées par une centaine de chutes à l’heure. Ces météores étant toujours une surprise, il vaut la peine de s’y intéresser de plus près.

27/06 :  La Lune rencontre Saturne

Si vous voulez pouvoir observer les grandes géantes gazeuses, il vous faudra, en juin, attendre jusqu’à minuit. Saturne réside actuellement dans la constellation du Capricorne (ou bouquetin), la chèvre alpine cornue qui, avant le lever du jour, escalade le méridien, autrement dit, le sommet du ciel. Aujourd’hui, la Lune passe tout près de Saturne, à une distance de 9 degrés environ.

29/06 :  La Lune rencontre Jupiter

Ce matin, sur son chemin le long de l’écliptique, la Lune passe à quelque 5 degrés sous Jupiter. Il est intéressant de noter les différences importantes de luminosité entre la Lune, Jupiter, Saturne et les étoiles les plus brillantes.

Juillet

08/07 :  La Lune rencontre Mercure

Dans les prochains jours, Mercure se laisse observer le matin très bas sur l’horizon. Si vous disposez d’une vue parfaitement dégagée de l’horizon, vous pourrez découvrir cette planète dans toute sa splendeur après 4 heures du matin, si tant est que le paysage en-dessous soit bien plan. 2,5 degrés plus haut, le fin croissant de Lune la rejoint. Dans deux jours, ce sera la nouvelle lune.

12/07 :  La Lune rencontre Vénus et Mars

Encore au crépuscule, juste avant que ne tombe la nuit, la Lune et les deux planètes Vénus et Mars offrent un spectacle fort attrayant. Le Lion en descente donne presque l’impression de vouloir se jeter sur les trois objets. Avec des jumelles, vous pouvez admirer les deux corps célestes dans un seul et même champ de vision. Il y a de bonnes perspectives de prendre une superbe photo au crépuscule, profitez-en.

18/07 :  Pluton en opposition

Pluton est une planète naine difficile à voir ; la découvrir constitue un défi pour des télescopes de grande taille. L’ancienne 9ème planète se vit dépouillée de sa dignité planétaire en 2006 ; notre enthousiasme pour cette sentinelle en avant-poste du système solaire n’en reste pas moins, bien entendu, intact. Si vous voulez vous y intéresser et la capter dans votre viseur, la période de son opposition est la meilleure occasion. Il est fortement recommandé d’utiliser les commandes de votre monture GoTo et une carte de recherche supplémentaire pour pouvoir la distinguer parmi les étoiles d’arrière-plan.

Coordonnées pour la commande GoTo (23:59 CEST) : AD : 19h49m59s, DEC : -22°38′

19/07 :  Baie des Arcs-en-ciel

Une baie des Arcs-en-ciel sur la Lune ? Elle existe vraiment, mais pendant une certaine phase de la Lune uniquement. Comme une anse de lumière, elle brise la nuit lunaire juste au-delà du terminateur. Nous observons la Mer des Pluies (Mare Imbrium) dans la région du cratère de la Baie des Arcs-en-ciel (Sinus Iridum) et des Montes Jura (chaîne de montagnes de la surface lunaire). Le soleil se lève ici, au terminateur. Mais tandis que le cratère se trouve encore dans l’obscurité, le soleil baigne de lumière les sommets circulaires de la chaîne des Montes Jura. Un anneau d’or dans l’obscurité. À voir de préférence entre 18h00 et 21h30 CEST.

20/07 :  La Lune rencontre Antarès

Ce soir, la Lune reste à l’est de l’étoile Antarès. Antarès est une supergéante rouge qui brille de mille feux dans le ciel nocturne. Avec son diamètre 700 fois supérieur à celui de notre Soleil elle engloutirait, si elle se trouvait à la place de notre propre étoile, plusieurs planètes, la Terre y comprise.

21/07 :  Vénus rencontre Régulus

Après le coucher du soleil, si vous avez une bonne visibilité de l’horizon, vous pourrez apercevoir Vénus au pied de la constellation du Lion. Dans son voisinage immédiat, vous trouverez l’étoile α (Alpha) Leonis, plus connue sous le nom de Régulus. Traduit, le nom de cette étoile signifie : « Petit roi » ou « Prince ». Si, maintenant, vous pensez au petit Simba et au Roi Lion, voire à Saint-Exupéry, vous avez probablement vos raisons.

24/07 :  La Lune rencontre Saturne

Avant même minuit, la constellation du Capricorne apparaît au-dessus de l’horizon. Elle est facilement identifiable de par sa forme de bol. Cette nuit-là, la Lune se faufile sous Saturne une distance de 4,6 degrés. Si, avec des jumelles, vous visez Saturne vous ne manquerez pas de voir, à gauche, une étoile brillante de magnitude 5,8.

25/07 :  La Lune rencontre Jupiter

Un jour après avoir rencontré Saturne, la Lune flirte avec Jupiter dans la constellation du Verseau. Cette nuit, les deux corps célestes sont séparés de 5,5 degrés. Le mois prochain, les deux géantes gazeuses seront en opposition avec le Soleil.

28/07 :  δ Aquarides

Les δ (delta) Aquarides sont une pluie d’étoiles filantes dont le radian se trouve dans le Verseau. Cependant, avec environ 25 météores par heure, elle est loin d’atteindre le niveau des étoiles filantes du mois d’août. La phase de la Lune étant très élevée, seule la courte période précédant le lever de la Lune est propice à l’observation.

Août

01/08 :  Ganymède, lune de Jupiter, occulte Europe

Si vous regardez dans un télescope après le lever de Jupiter, vous remarquerez les deux lunes de Jupiter, Europe et Ganymède. Elles sont en effet proches l’une de l’autre, telles des étoiles doubles. À 00:00 CEST, Ganymède occulte Europe, un peu plus petite, partiellement seulement cependant. Vers 02:00 CEST, les deux lunes repartent chacune de leur côté.

02/08 :  Saturne en opposition

En raison de la position basse de l’écliptique, ces dernières années, Saturne est restée bas au-dessus de l’horizon. En 2019, elle a atteint une hauteur de l’ordre de 20 degrés. Cette année, nous pouvons l’observer, pendant son opposition, à une hauteur de 24 degrés. Cependant, Saturne continue de poursuivre son ascension au cours des années à venir. Ceci présente un avantage : en effet, plus la position au-dessus de l’horizon est élevée, moins nous serons gênés par les turbulences atmosphériques.

Le 2 août, cette planète atteint son opposition et brille dans le ciel à une magnitude de 0,1. Elle rivalise ainsi avec les étoiles les plus brillantes. On la reconnaît à sa teinte jaunâtre et à son éclat stable. Son ouverture d’anneau est de 18 degrés et nous observons le système d’anneaux depuis le nord, où nous pouvons facilement identifier la division de Cassini.

11/08 :  La Lune rencontre Vénus

Il vaut la peine de jeter un coup d’œil au crépuscule : Vénus brille au ras de l’horizon à l’ouest et le fin croissant de la Lune se cale juste au-dessus.

12/08 :  Les Perséides

Attendez-vous à voir les plus belles étoiles filantes de l’année. Cette année, nous pourrons admirer les Perséides dans toute leur splendeur car, pendant que nous les observons, ce sera la nouvelle lune et donc un ciel sombre la nuit durant. Dans la matinée du 12 août, le flux de météores atteint son paroxysme. À ce moment-là ce sont jusqu’à 100 étoiles filantes par heure qui viennent à la rencontre de notre vieille Terre, traversant notre atmosphère à une vitesse de plus ou moins 216 000 km/h.

La meilleure période d’observation va de 22 heures à 4 heures du matin.

18/08:  Mars rencontre Mercure

Une rencontre extrêmement serrée, réservée aux observateurs expérimentés : au crépuscule du 18 août, Mars et Mercure se rencontrent mais cela à 3 degrés environ au-dessus de l’horizon. Le soleil vient juste de passer sous l’horizon à ce moment-là.

20/08:  Jupiter en opposition

Dès le crépuscule, vous pouvez voir Jupiter se lever en rase-mottes à l’est, avec une magnitude de -2,8, un objet brillant difficile à rater. Mais le ciel du soir a bien plus à offrir en termes d’objets remarquables : la Lune et Saturne sont très proches, et la brillante Vénus se trouve juste au-dessus de l’horizon ouest.

Mais aujourd’hui, l’attention se porte sur Jupiter, car cette planète est en opposition avec le Soleil et peut être admirée toute la nuit. Ce sont, à ce moment-là, pas moins de 600 millions de kilomètres qui la séparent de la Terre de sorte que sa lumière met un peu plus d’une demi-heure pour nous parvenir. Le diamètre apparent est de 49″, elle passe le méridien à 01h14 CEST et présente la visibilité la meilleure en atteignant sa position la plus haute.

Infographie : les faits astro marquants du printemps 2021

26.02.2021, Marcus Schenk

Un détour par les Pléiades, une planète mineure qui brille de mille éclats et Mercure parfaitement visible le soir : le printemps offre son lot de réjouissances astronomiques à ne manquer sous aucun prétexte !

La carte du ciel des faits astro marquants du printemps 2021 vous offre un aperçu des rendez-vous célestes incontournables de ces trois prochains mois.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos observations.

Mars

4 mars : Mars rencontre les Pléiades (porte dorée de l’écliptique)

Mars était en opposition l’année dernière et pouvait être observée dans le ciel du soir. Elle continue de briller en soirée, et disparaît progressivement du paysage avec les constellations d’hiver. Vers le 4 mars, la planète rouge rencontre les Pléiades à une distance d’environ 2 degrés. A cette occasion, le Dieu de la guerre franchit la porte dorée de l’écliptique. C’est le nom donné à la zone située entre les Hyades et les Pléiades sur laquelle s’étend l’écliptique.

4 mars : Vesta en opposition

Vesta fait non seulement référence à une déesse de la mythologie romaine mais il s’agit également du nom d’une planète mineure bien connue : avec un diamètre de 520 kilomètres, c’est la deuxième plus grande de la ceinture d’astéroïdes. Lors d’une opposition, on peut parfois l’observer à l’œil nu. Actuellement, elle devrait être tout juste visible sans accessoire avec magnitude de 5,8-6. Mais à travers des jumelles et un télescope, on peut facilement l’apercevoir. Et si vous partiez à la recherche d’une planète mineure ? Une soirée d’observation spéciale vous attend. Vous pouvez aussi facilement trouver Vesta à l’arrière de la constellation du Lion. Orientez-vous à un degré seulement au nord-est de l’étoile Thêta Leonis (la patte arrière du Lion) et elle se dévoilera sous ses plus beaux atours.

5 mars : Mercure rencontre Jupiter

Une rencontre très discrète : Mercure et Jupiter se croisent, mais il n’est pas aisé de les observer. Il n’est pas encore 6 heures lorsqu’elles apparaissent dans le ciel et le Soleil ne se trouve qu’à 8 degrés sous l’horizon. Le temps est donc compté, et l’horizon doit être parfaitement dégagé lorsque les deux planètes se croisent à moins de 0,3 degré.

10 mars : La Lune rencontre Jupiter et Saturne

Les lève-tôt vont être contents : peu avant le lever du soleil, plusieurs corps célestes défileront au-dessus de l’horizon sud-est. Vous pourrez découvrir Mercure, Jupiter et Saturne formant une sorte de collier de perles quasi alignées. Un fin croissant de Lune complète ce rendez-vous planétaire et fait du matin un magnifique moment astronomique.

16 mars : La Lune rencontre Uranus

Le soir, nous pourrons apercevoir le croissant ascendant de la Lune entre les constellations de la Baleine et des Poissons. Ceux qui le souhaitent peuvent directement faire un détour par la lointaine planète Uranus à l’aide du télescope. En effet à cette date, celle-ci est située à seulement 6 degrés au-dessus du satellite naturel de la Terre. Uranus vaut toujours le coup d’œil, car elle ne fait pas partie des objets du Ciel « classiques », tels que Saturne ou Jupiter. Cette planète lointaine n’apparaît que sous forme d’un petit disque, et ce même au télescope. Mais en regardant de plus près, vous verrez qu’elle diffère vraiment d’une étoile. Néanmoins, il vaut mieux identifier sa position exacte sur une carte des étoiles avant de l’observer.

18 mars : Mars rencontre υ Tauri

Mars a franchi la porte dorée de l’écliptique il y a quelques jours, en passant par les Pléiades. Aujourd’hui, un bref passage par υ Tauri dans la constellation du Taureau, une étoile membre des Hyades. Il s’agit d’une variable pulsante dont la luminosité change en l’espace de quelques jours. Si vous parcourez cette zone du ciel avec des jumelles, vous remarquerez de multiples étoiles formant un motif. C’est ce qu’on appelle un astérisme, c’est-à-dire un amas d’étoiles voisines qui dessinent une figure. Dans notre cas, il s’agit du Davis’ dog ou chien de Davis, avec un museau, des yeux, des oreilles, des pattes et une queue. Certains y voient plutôt un renard. Et vous ?

Avril

1er avril : Antares rencontre la Lune

Dans la nuit du 1er au 2 avril, la Lune s’approche d’Antarès, l’étoile principale du Scorpion. C’est une supergéante rouge qui brille dans le ciel nocturne. Avec un diamètre 700 fois supérieur à celui du Soleil, elle serait capable d’engloutir certaines planètes, dont la Terre, si elle se trouvait à la position de notre Soleil.

6 avril : La Lune rencontre Saturne

Dans le ciel du matin, nous pouvons distinguer les signes avant-coureurs de l’été : les constellations du Sagittaire et surtout du Capricorne (ou bouquetin). Dans le royaume de cette chèvre alpine, la Lune et Saturne se rencontrent aujourd’hui à une distance de 5,3 degrés.

15 avril : La Lune franchit la porte dorée de l’écliptique

Trois jours après la nouvelle lune, le délicat croissant de Lune surplombe à nouveau l’horizon en soirée à l’ouest. Notre satellite atteint la porte dorée de l’écliptique, flanquée des célèbres amas d’étoiles des Hyades et des Pléiades.

17 avril : La Lune rencontre Mars

La Lune et Mars se croisent en soirée à une distance d’environ 2,5 degrés. La planète rouge est toujours dans la constellation du Taureau, mais elle passe dans celle des Gémeaux le 24 avril.

19 avril : La Lune rencontre Pollux

La lune s’approche de l’étoile Pollux dans la constellation des Gémeaux à 3,3 degrés. L’occultation de l’étoile Kappa Geminorum par la Lune est cependant l’événement le plus intéressant de la soirée. Elle se montre de son côté non éclairé et éclipse l’étoile de magnitude 3,5 pendant un peu plus d’une heure. L’occultation ne peut être aperçue que dans certaines régions où il fait assez sombre. En Allemagne, elle commence vers 20h21.

26 avril : Vénus rencontre Mercure

Un rendez-vous réservé aux observateurs avertis : car Vénus et Mercure ne sont pas encore visibles dans le ciel du soir. Pourtant, au crépuscule, les deux planètes intérieures se rapprochent et se croisent à une distance de 1,3 degrés. A 20h45 CEST, le Soleil est à 4 degrés sous l’horizon et les planètes se situent juste au-dessus. C’est pourquoi on peut les entrevoir avec de grandes jumelles, mais il est difficile de les observer en détail.

Mai

4 mai : La Lune rencontre Saturne

Le Capricorne fait partie des constellations estivales et surplombe déjà l’horizon dans le ciel du matin. La planète Saturne séjournera ces deux prochaines années dans cette constellation avant de mettre le cap sur le Verseau. Ce matin-là, le Seigneur des Anneaux reçoit la visite de la Lune.

5 mai : La Lune rencontre Jupiter

Hier, la Lune rendait visite à Saturne, aujourd’hui elle se tourne vers Jupiter. Cette dernière se trouve à proximité, suite à la rencontre très rapprochée de Jupiter et Saturne en décembre dernier.

10 mai : Mercure devient visible dans ciel du soir

Ce mois-ci, Mercure bien visible en soirée – c’est la seule planète qui soit bien observable cette année. A partir du 10 mai, n’importe qui peut l’admirer au-dessus de l’horizon à l’ouest. Vers 21h30, il fait assez sombre pour la voir briller dans le ciel sans difficulté. Vénus est sur le point de se coucher, mais Mercure se situe à environ 8,5 degrés d’altitude. En d’autres termes, si l’horizon est dégagé, vous disposez d’une heure avant qu’elle ne disparaisse dans la brume lointaine et se couche. La petite planète gravit l’échelle céleste tout au long mois de mai, s’élevant chaque jour un peu plus haut. Le 18 mai, elle ne disparaît qu’à 22h53 CEST du ciel, mais son coucher a lieu de plus en plus tôt les jours suivants.

13 mai : La lune rencontre Mercure

L’une des plus belles rencontres dans le ciel du soir : aujourd’hui, peu après le coucher du soleil, le croissant de lune illuminé sur 3,5 % de sa surface rend visite à Mercure et ne se trouve qu’à 2 degrés au sud. Plus bas, vous pouvez observer Vénus.

15 mai : La Lune rencontre Mars

À l’extrême Occident, le croissant de lune encore mince rencontre Mars dans la constellation des Gémeaux. Rappelons que l’année dernière, la NASA avait lancé un robot sur Mars dans le cadre d’une nouvelle mission spatiale. « Mars 2020 » a ainsi fait atterrir une astromobile sur Mars le 18 février à l’aide d’un petit vaisseau spatial. A son bord était installé le tout premier hélicoptère martien. Propulsé par des pales de rotor, le drone s’élancera dans la faible atmosphère de Mars et permettra de l’explorer à basse altitude.

17 mai : Elongation maximale de Mercure à l’est

A cette date, Mercure atteint sa plus grande élongation à l’est. Sa distance angulaire par rapport au Soleil est maximale et sa position en hauteur au-dessus de l’horizon permet de la distinguer facilement. Nous disposons de plus d’une heure pour la contempler avant qu’elle ne se couche. Si vous voulez l’observer avec un télescope, c’est aussi le bon moment car la planète se dégage des épaisses couches atmosphériques.

17 mai : La Lune rencontre la Ruche

Elle est souvent appelée tout simplement M44 ou Praesepe, mais elle porte également le joli nom : amas de la Ruche. Telle une ruche lumineuse, elle abrite près de 300 étoiles défilant au sein d’un amas ouvert. La Lune s’approche de la Ruche à environ 4 degrés. Autrement dit, vous pouvez observer ces deux cibles célestes simultanément dans vos jumelles.

19 mai : La Lune rencontre Régulus

Ce soir, la Lune ascendante rencontre Regulus, la principale étoile de la constellation du Lion, également appelée « Petit Roi ». Sa position est proche de l’écliptique, ce qui signifie qu’il peut y avoir des occultations entre la Lune et Regulus.

28 mai : Mercure rencontre Vénus

Ce mois-ci, nous avons bénéficié de la meilleure visibilité de Mercure qui se trouvait très haut au-dessus de l’horizon. Entre-temps, elle a perdu de l’altitude et s’est rapprochée de Vénus, située plus bas dans le ciel. Les deux planètes défilent l’une à côté de l’autre et se rapprocheront le 28 jusqu’à 0,5 degré.

31 mai : La Lune rencontre Saturne

Pendant la deuxième moitié de la nuit, vous pouvez observer la Lune et Saturne dans la constellation du Capricorne en direction du sud. Jusqu’au lever du jour, la constellation prend de l’altitude en s’approchant du méridien, le point le plus élevé du ciel.

Déclarez la guerre aux virus et aux bactéries !

12.01.2021, Patric Leibig

La saison froide dans laquelle nous nous trouvons actuellement nous amène à passer plus de temps à l’intérieur, ce qui augmente le risque de contracter une maladie virale. Nous perdons très rapidement notre capacité à évaluer la qualité de l’air car notre odorat s’adapte aux mauvaises odeurs. Il est donc essentiel d’agir contre ce phénomène.

Réduisez significativement le risque d’infection par le SRAS-CoV-2 / Covid19 (virus Corona) et autres maladies virales grâce à l’utilisation de filtres à air ambiant dotés de systèmes de filtration Hepa H13 et d’appareils à mesurer le CO2.

Les filtres à air réduisent la quantité d’aérosols de l’air ambiant.

Le SRAS-CoV-2 / Covid19 et autres maladies des voies respiratoires inférieures se transmettent, entre autres, par les gouttelettes des aérosols. Les purificateurs d’air équipés de filtres HEPA de classe H13 peuvent filtrer précisément ces minuscules particules présentes dans l’air ambiant et ainsi réduire considérablement le risque d’infection. Une aération régulière associée à un purificateur d’air équipé de filtres HEPA de classe H13 « High Efficiency Particulate Air Filter » est la meilleure précaution pour réduire le risque d’infection dans les pièces fermées. Les filtres HEPA H13 captent les minuscules aérosols (<5µm) de l’air et améliorent la qualité de l’air. L’aération est contrôlée par l’utilisation d’appareils de mesure du CO2.

Filtres à air

On estime que le risque d’infection par le SRAS-CoV-2 / Covid19 (virus Corona) des personnes présentes dans une pièce dans laquelle se trouve un superinfecteur peut être réduit par six, grâce à l’utilisation de filtres à air dotés de la technologie filtrante HEPA H13.

Contrôler et améliorez la qualité de l’air de votre bureau, appartement, de la salle de classe etc. en prenant les mesures suivantes :

Calcul de la puissance filtrante en m³/h pour les dimensions de votre pièce :

Le filtre à air ambiant doit être capable de filtrer le contenu de votre pièce au moins 2x par heure, afin de réduire considérablement la concentration des aérosols et particules. Il est très simple de calculer la puissance filtrante dont vous avez besoin :

Pour calculer le nombre de mètres cubes de votre pièce, c’est-à-dire le volume d’air, prenez la longueur x la largeur x la hauteur de la pièce. Multipliez ce résultat par 2 et vous avez saurez quelle doit être la puissance de votre filtre en m³/h pour votre pièce.

Exemple :

Longueur : 5 m, Largeur : 4 m, Hauteur : 2,5 m

5 m x 4 m x 2,5 m = 50 m³

50 m³ x 2 (par h) = 100 m³/h

Pour les salles de classe / écoles ou autres habitations, dans lesquelles se trouvent plusieurs personnes, nous vous recommandons un purificateur capable de filtrer 5 à 6 fois le volume de la pièce.

Exemple :

Pour une pièce d’un volume de 50 m³, la puissance du purificateur devrait être de 300 m³/h minimum.

Les faits astro marquants de l’hiver 2020/21

02.12.2020, Marcus Schenk

Une rencontre extrêmement étroite de Jupiter et Saturne, Mars et Uranus, dans le même champ de vision et les Géminides à la Nouvelle Lune. Il y aura bien sûr, de nouveau, de nombreuses raisons de jeter des regards d’étonnement dans le ciel étoilé.

Dans le graphique du ciel des faits astro marquants de l’hiver 2020/21, de nombreux événements célestes vous attendent au cours des trois prochains mois. Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir lors de vos observations.

 

Décembre :

13/12/ Géminides

Lorsque le ciel se dégagera en soirée, il faudra de préférence regarder vers le sud. Parce que le radiant des étoiles filantes « Géminides » se situera apparemment au niveau de la constellation des Gémeaux. Plus précisément : d’un point situé deux degrés au-dessus de l’étoile Pollux. Le meilleur moment, pour l’observation, se situera entre 20h00 TU (21h HEC) et 5h00 TU (6h HEC). Avec 120 météores par heure, les Géminides sont parmi les étoiles filantes les plus denses. Cette année, la date est favorable parce que nous aurons la Nouvelle Lune et que nous pourrons observer toute la nuit, sans perturbations.

13/12/ La Lune rencontre Vénus

Vous êtes des lève-tôt et vous aimez regarder les étoiles pendant les premières heures du jour ? Ce matin, cela vaut le coup. À partir de 5h30 TU (6h30 HEC), vous remarquerez dans le ciel la brillante Vénus et, au-dessous, le très fin croissant de Lune car, dès le lendemain, nous aurons la Nouvelle Lune. Ce weekend se prêtera parfaitement bien aux observations du ciel profond.

17/12/ La Lune rencontre Saturne et Jupiter

Ce joli événement, nous ne le devons qu’au fait que la nuit tombe actuellement vite. Au crépuscule, nous verrons en effet une conjonction de Jupiter, de Saturne et du jeune croissant de Lune grossissant. Les deux géantes gazeuses nous ont accompagnés tout au long de l’été et elles étaient chaque soir les objets les plus lumineux lorsque nous regardions en direction du sud. Elles prennent maintenant congé du ciel de façon précoce pour laisser la place au ciel hivernal.

21/12/ Ursidés

Les Ursidés sont une pluie d’étoiles filantes que vous pouvez observer toute la nuit. C’est parce que leur radiant se situe dans la constellation de la Petite Ourse que ces météores sont appelés Ursidés. Leur vitesse dans le ciel est beaucoup plus faible que celles des Perséides, soit environ 35 km par seconde.

21/12/ Début de l’hiver

21/12/ Jupiter rencontre Saturne (remarque : rencontre extrêmement étroite)

Aujourd’hui, vous observez également l’étoile de Bethléem ? Il s’agit là du temps fort de ce mois, que vous ne devez manquer en aucun cas. Le 21 décembre, exactement au moment du solstice d’hiver, Jupiter et Saturne nous présenteront un spectacle exceptionnel car, dans cette conjonction, ils se tiendront à une distance de 5 minutes d’arc seulement. Un spectacle vraiment rare.

Remontons dans le temps : Jupiter et Saturne s’étaient également rencontrés en l’an 7 avant Jésus Christ. Au cours de cette année, on pouvait suivre trois conjonctions récurrentes entre les deux planètes dans la constellation des Poissons. Les scientifiques sont à même, aujourd’hui, de reproduire cela. Le caractère frappant nous permet de conclure qu’il s’agissait là de l’étoile de Bethléem. Une délicieuse et attrayante association peu avant Noël, ne trouvez-vous pas ?

Que diriez-vous d’observer les deux au télescope, dans un seul et même champ de vision ? Il faudrait que vous preniez votre poste d’observation suffisamment tôt. Le mieux serait à 16h00 TU (17h HEC), lorsque les géantes gazeuses sont encore à une hauteur suffisante car, en 1,5 heure au plus tard, elles disparaissent dans les brumes de l’horizon.

21/12/ La Lune occulte une étoile de magnitude 4,3

À 20h04 TU (21h04 HEC), la Lune occulte l’étoile lumineuse 30 PSC de magnitude 4,3, qui fait partie de la constellation des Poissons. Ce qui est particulièrement beau : la Lune se rapproche de l’étoile par son côté non éclairé. Et elle disparaît d’un coup, comme si on « l’éteignait » tout simplement. À 21h15 TU (22h15 HEC), elle réapparaît derrière le côté opposé de la Lune.

23/12/ La Lune rencontre Mars

En octobre, Mars était dans une opposition favorable et on pouvait la voir à la perfection. Elle se tient actuellement dans la constellation des Poissons où l’on peut l’observer pendant la première moitié de la nuit. Ce soir, la Lune la rejoint.

24/12/

Joyeux Noël !

27/12/ La Lune rencontre Aldébaran et les Pléiades

Les Pléiades attirent même l’attention des personnes qui ne se préoccupent pas du ciel nocturne et il arrive souvent qu’on les prenne pour le « Petit Chariot ». Mais les observateurs du ciel le savent : il s’agit de l’amas d’étoiles ouvert le plus connu, que les hommes observent depuis des millénaires déjà et qui avait une importance particulière pour de nombreuses cultures. Cette nuit, la Lune rejoint les Pléiades et l’étoile principale du Taureau : Aldébaran.

Janvier :

02/02/ Quadrantides

Les Quadrantides sont un essaim de météores de la constellation du Bouvier. La nouvelle année commence par une présentation astronomique, qui nous envoie environ 120 météores par heure. Le radiant, d’où semblent émaner les étoiles filantes, ne se lève toutefois qu’après minuit. Malheureusement, la puissante phase lunaire s’avère perturbatrice cette année car, il n’y a pas trois jours, c’était la pleine Lune.

03/01/ La Lune rencontre Régulus

Aujourd’hui, on peut voir la Lune et Régulus à une distance de 4 degrés l’une de l’autre.

En latin, Régulus signifie « petit roi ». Étant donné que l’écliptique passe ici, il se produit régulièrement une rencontre avec la Lune.

07/01/ La Lune rencontre Spica

Spica est une étoile bleue massive, une étoile variable et en même temps un système de deux étoiles. À une distance de 262 années-lumière, avec une luminosité de 13 000 fois celle du soleil et avec un rayon de 7,5 fois celui du soleil, elle vient en seizième position dans la liste des étoiles du ciel les plus lumineuses.

Dans la position de Spica, la Vierge tient dans sa main gauche un épi de blé. C’est de là que l’étoile tient son nom, en latin Spica signifie épi. Le 7 janvier, la Lune se tiendra à proximité.

11/01/ La Lune rencontre Vénus

Le matin du 11 janvier, l’aube ne durera plus longtemps, lorsque Vénus se lèvera à 6h00 TU (7h00 HEC) et qu’elle rejoindra le très fin croissant de Lune au-dessus. À ce moment-là, le soleil ne se trouvera plus qu’à 9 degrés sous l’horizon.

20/01/ Mars rencontre Uranus

La planète Uranus peut théoriquement se voir à l’œil nu. Mais, en pratique, cette planète distante de 2,9 milliards de kilomètres n’est pas aussi facile à trouver. Le problème : elle est tellement petite qu’il faut regarder de très près pour la distinguer d’une étoile. Cela demande de l’astuce avec les jumelles, c’est plus facile au télescope car vous détectez une « étoile » d’un diamètre à peine plus grand que les étoiles de comparaison. Ce soir, vous trouverez Uranus plus facilement car celui-ci rencontrera Mars à une distance de 1,5 degré.

Si vous utilisez un oculaire d’une longue distance focale, vous pourrez admirer les deux dans un seul et même champ de vision.

21/01/ La Lune rencontre Mars

Aujourd’hui, la Lune passe devant Mars à une distance de 5,5 degrés.

24/01/ Mercure à sa plus grande élongation est

Mercure tourne autour du soleil si vite et si près que nous ne pouvons pas l’observer à tout moment. Mais Mercure se trouve maintenant de nouveau à une distance angulaire plus grande, de 18 degrés, par rapport au soleil. Il ne s’agit certes pas d’une valeur gigantesque, mais nous pouvons l’observer pendant sa demi-phase. Mercure est visible dans le ciel du soir peu après le coucher du soleil. Dans tous les cas, attendez que le soleil se soit couché. Vous découvrirez alors Mercure tout près au-dessus de l’horizon ouest.

27/01/ La meilleure visibilité de Mercure

Aujourd’hui, Mercure atteint sa plus haute position dans le ciel du soir et, par là même, sa meilleure visibilité le soir. Le matin, son arc le fait redescendre par rapport à l’horizon.

Février :

03/02/ La Lune rencontre Spica

Ce matin également, la Lune passe de nouveau devant l’étoile Spica en Vierge. À quoi tient cette fréquente rencontre ? L’écliptique se présente au-dessus de Spica, ce qui conduit à une visite régulière de la Lune.

06/02/ La Lune rencontre Antarès

Ce matin, la Lune âgée de 23 jours et décroissante rencontre Antarès, étoile principale de la constellation du Scorpion.

19/02/ La Lune rencontre Mars, les Pléiades et les Hyades

Un joli spectacle dans le ciel du soir : la Lune rend aujourd’hui visite à la constellation du Taureau et séjourne dans une position entre les Hyades et les Pléiades. Les Hyades et les Pléiades sont de très vieux amas d’étoiles ouverts, que les hommes observent depuis des lustres. Mars est également de la partie. Cette rencontre ne mérite-t-elle pas une photo ?

23/02/ La Lune rencontre Pollux

La Lune croissante est passée ces derniers jours de la constellation du Taureau aux Gémeaux. Ce soir, elle rencontre Pollux, étoile géante rouge distante de 34 années-lumière.

26/02/ La Lune rencontre Régulus

Quelques heures seulement avant la Pleine Lune, notre satellite rejoint Régulus, étoile principale du Lion. Après la fin du crépuscule, nous voyons dans le ciel étoilé une image intéressante : à l’ouest, les constellations d’automne se couchent, les constellations d’hiver atteignent au sud leur niveau le plus haut et, à l’est, le printemps se hisse au-dessus de l’horizon.